Serres municipales : pouponnière du fleurissement de la Ville

Mi-mai. En cette matinée, le ciel montalbanais fait grise mine mais les serres municipales, elles, regorgent de couleurs. À quelques jours de leur mise en terre sur les massifs de la ville, les plantes jouissent des conditions idéales sous les serres, bichonnées par les agents du service des Espaces Verts et Naturels de la Ville de Montauban.

Une production entièrement locale

Situées au Nord de la commune, les serres municipales sont un véritable paradis pour les amateurs de jardinage. Depuis les années 1980, sur ce terrain de 5 000 m2, les jardiniers de la municipalité disposent d’une grande serre en verre, de plusieurs ombrières et d’une serre de dernière génération, installée en 2009, permettant des conditions optimales, avec chauffage et aération automatisés.

On produit tout ici. Près d’un an en amont, nous réalisons un choix de plantes en fonction d’un thème choisi, d’une dominante de couleur… Il faut ensuite calibrer le nombre nécessaire selon nos massifs et leur densité avant d’acheter les graines. Nous semons, repiquons et faisons grandir chaque plante sous ces serres. 

Jean-Luc Roubelet, Directeur du service Espaces Verts et Naturels

Toutes les plantes qui viendront égayer les jardinières, pyramides et massifs répartis sur les 13 500 hectares de la commune, naissent et grandissent dans ces serres : 90 000 plantes annuelles, 50 000 biannuelles, 100 000 vivaces, 1 000 chrysanthèmes pour le fleurissement des tombes de soldats du cimetière urbain à la Toussaint.

 

Un embellissement du quotidien

Le service Espaces Verts et Naturels est composé de 65 agents répartis sur l’entretien des parcs et jardins, celui des terrains de sport et enfin une cellule rivières et sentiers pédestres. Il gère donc tout ce qui est vert sur l’ensemble de la commune et sur le Grand Montauban. L’activité est permanente, sans réelle période creuse.

Dans mon travail, j’alterne entre le bureau et le terrain. Une fois les plantes choisies, je réalise les assemblages de manière harmonieuse pour chaque jardinière, chaque suspension et chaque massif. Il faut ensuite définir le nombre de plantes destinées à chaque composition et réaliser les palettes pour la mise en œuvre par les jardiniers.

Chantal Langlade, adjoint technique au sein du service

Ces dernières années, la façon de créer les massifs a été modifiée. Les surfaces de fleurissement ont été diminuées. La fleur est utilisée de façon ponctuelle pour diminuer l’utilisation de la ressource eau et mettre en valeur le patrimoine bâti. De nouvelles méthodes de paillage et la centralisation de l'arrosage automatique avec système d’alerte permettent également de détecter les fuites plus tôt.

 

L'arbre au cœur de la cité

La collectivité a l’ambition de faire de l’arbre un élément essentiel au cœur de chacun de ses aménagements. On l’a noté sur l’ensemble des travaux concernant les entrées de ville de Montauban ces dernières années. Cela nécessite de mettre en place des fosses les plus grandes possibles et des barrières anti-racines afin que l’arbre puisse s’épanouir et grandir au mieux dans l’espace urbain. Nous faisons également en sorte d’adapter les essences aux conditions climatiques en optant pour des arbres à l’enracinement plongeant, résistants aux fortes rafales de vent.

Souvenons-nous que Montauban a été fortement touché par la tempête de 2015. Quelque 10 000 arbres ont été impactés sur notre territoire et nous sommes encore en train de remettre en état certains alignements. En 2018, nous avons réalisé un relevé de tous les arbres de la commune ainsi géo-référencés. On y trouve l’âge, l’état et la situation sanitaire de chaque sujet.

Jean-Luc Roubelet, Directeur du service Espaces Verts et Naturels

Suite au drame de l’école de Bessens, un contrôle supplémentaire a été effectué dans toutes les écoles et crèches du territoire et quelques arbres ont été abattus de manière préventive.

Publié le 3 juin 2019