Accueil > Services municipaux > Environnement > La maitrise des dépenses énergétiques

Montauban s’engage sur le développement durable

Au travers d’exemples concrets : mise en place des biocarburants (HVP), développement de plantations et d’espaces verts, volonté de donner des alternatives « au tout voiture » en privilégiant les cheminements doux, bonne gestion et utilisation des ressources naturelles : eau, énergie, réduction de la production de ses déchets, amélioration du tri, …Montauban donne l’exemple à tous ses citoyens pour préserver et participer à la défense de l’environnement.

 PLAQUETTE DE PRESENTATION ESPACE INFO ENERGIE >>

Montauban s’engage à réduire sa production de déchets :

En faisant la promotion du compostage individuel

Le compostage transforme en 6 à 12 mois les déchets fermentescibles comme les déchets verts de cuisine et de jardin en un produit utile au jardinage: le compost. Le compost est un amendement organique et doit être employé en mélange avec de la terre de jardin.
Tous les ans, chaque habitant produit 100 kilos de déchets compostables, soit 30 % du poids de sa poubelle. En évitant un coût de transport et de traitement des déchets verts à l'incinérateur, le compostage individuel participe à la réduction de la facture de gestion des déchets ménagers, tout en diminuant vos dépenses en engrais.

Que peut-on composter ?
  • les Déchets de cuisine : épluchures de légumes et fruits non traités, coquille d'oeufs écrasées, marc de café, thé avec papier, reste de repas sauf os et viande, essuie-tout…
  • les Déchets de jardins : fleurs coupées, plantes en pots, mauvaise herbes, taille de haies et d'arbre, feuilles mortes, gazon…
  • les Déchets divers : sciure de bois, cendre de bois, litière de petits animaux, papiers et cartons non imprimés…
A éviter

Plantes malades, papiers et cartons imprimés, poussières d'aspirateur, huile de friture, emballages mixtes contenant de l'aluminium ou des matières plastiques.

Composteurs : 20€ pour le modèle PVC de 400L et 35€ pour le modèle bois de 800L

Contacter le Pôle Déchets au 05 63 22 13 13

Montauban s’engage dans la réduction des gaz à effets de serre :

En utilisant des vélos électriques

Les agents de la ville et de la CMTR ont à leur disposition 10 vélos dont 7 vélos à assistance électrique au pédalage (VAE) pour effectuer leurs déplacements professionnels.
Ils sont dotés d’une batterie d’une autonomie permettant de rouler 40 à 60 km et qui se recharge sur secteur en moins de 2 heures. Conçus pour remplacer un véhicule à moteur traditionnel, ils sont beaucoup moins énergétivores que ce dernier : 1€ d’électricité permet d’effectuer environ 2000 km.
Rapide, un vélo électrique peut rouler jusqu’à 25 km/h .
Moins polluant que tout véhicule à moteur, il lutte contre la pollution atmosphérique et le bruit mais aussi contre les problèmes d’embouteillage et de stationnement.
Le vélo électrique d’un poids de 21 kg demande un effort moindre qu’un vélo classique.
De plus, il permet une meilleure insertion dans le flot de circulation avec une assistance d’aide au démarrage aux feux tricolores et garantie une meilleure sécurité qu’un vélo classique.
Il permet de renouer avec la pratique du vélo aujourd’hui abandonnée.

En développant les voies cyclables

A Montauban, en quelques années, plus de 12 km de liaisons cyclables ont été créées notamment aux entrées de ville nord et sud. Depuis l’élaboration du schéma de déplacements urbains, les cheminements doux sont à l'honneur dans la ville

Objectif : redonner de l’oxygène au centre ville.

Chaque année, ce sont plus de 3 km qui sont aménagés. En 2007 : la liaison du bataillon de Choc, les berges du Tescou,et le prolongement de la coulée verte (chemin de Lexos) ont été aménagés.

Coût : 350 00 €

2 cartes vous présentent les voies cyclables : « promenades et randonnées : 14 sentiers pour découvrir la richesse de l’environnement montalbanais » et « Montauban à pied et à vélo ».

Montauban s’engage dans les économies d’énergie :

En subventionnant l’installation de chauffe-eau solaire chez les habitants

Le soleil peut couvrir jusqu’à 70 % de vos besoins d’énergie pour l’eau chaude sanitaire.
L’appoint (quand il ne fait pas beau plusieurs jours de suite), c’est votre système conventionnel qui le procure : cumulus électrique, chaudière-gaz, chaudière fuel.
Pour installer un chauffe-eau solaire, il faut avoir un pan de toit bien orienté au Sud, ou au Sud-Ouest, voire Sud-Est ; Ou à défaut ; disposer d’un peu de place dans sa cour, son jardin pour poser les capteurs sur des supports.
Le temps de retour sur investissement est de 5 à 15 ans. Cela varie en fonction du coût de l’énergie substituée.
Une chose est sûre : alors que les prix de toutes les énergies flambent, le soleil est gratuit pour quelques milliards d’années encore.

A QUOI RESSEMBLE UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE ?

Le chauffe-eau solaire d’une famille de 4 personnes se compose de :

  • 4 m² de capteurs (1 m² par personne)
  • Un ballon de stockage de l’eau chaude de 200 à 300 litres
  • Des dispositifs de régulation,…

 

Depuis 2006, la collectivité en partenariat avec l'Espace Info-Energie, la collectivité attribue des primes (300 €) à l'installation de chauffe-eau solaire. Un vrai succès, puisque déjà 90 foyers se sont équipés. Ainsi 60 tonnes de CO2 ne sont pas rejetées par an dans l’air. Cette prime vient s'ajouter à celle du Conseil Régional et au crédit d'impôt versé par l'Etat.”

Pour toute information ou conseils gratuits, sur vos besoins en énergie, veuillez contacter notre partenaire :

Espace Info-Energie,
Conseil Architecture Urbanisme et Environnement de Tarn et Garonne
MME OURCIVAL, M. FONT
100 boulevard Hubert Gouze  –82 000 Montauban

Tél : 05 63 91 42 70.
  infoenergie82@yahoo.fr

http://www.caue-mp.fr/82-tarn-et-garonne-pages-statiques/espace-info-energie/itemid-426.html

Montauban s’engage à réduire la pollution de l’eau :

En réduisant l’usage des produits phytosanitaires

La ville de Montauban est l’une des premières communes de la région Midi-Pyrénées à s’engager dans l’utilisation raisonnée de produits phytosanitaires. Une étude sur les pratiques de la collectivité a été menée dans le courant de l’été 2005 auprès des services gestionnaires d’espaces publics : service des Parcs et Jardins, Service Voirie et service des Sports (plus de 100 ha traités)et a abouti à la mise en place d’un plan de désherbage communal.
L’objectif de ce plan de désherbage est d’adapter nos pratiques de désherbage à la sensibilité de l’environnement dans lequel nous intervenons. Les services communaux vont ainsi adopter des techniques alternatives de désherbage dont voici trois exemples : le paillage, le désherbage thermique te la lutte biologique.

Le paillage

Le service parcs et jardins de la VILLE utilise la technique du paillage sur ses plantations. Procédé simple qui consiste à recouvrir le sol avec des matériaux d'origine végétale ou minérale, il permet de limiter l'évaporation donc d’économiser l’eau mais aussi la pousse des mauvaises herbes. Les techniques varient, mais l'intérêt est certain.
Pourquoi couvrir le sol ?
Observez la nature ! Il n'y a que dans les jardins que la terre est apparente et nette... A l'état naturel, le sol est recouvert de quantité de débris (écorces, feuilles, résidus séchés de toutes sortes) qui :

  • protègent la terre de l'érosion due à la pluie et du dessèchement du soleil et du vent,
  • limitent les variations de température et d’humidité,
  • apportent des éléments nutritifs au sol en favorisant ainsi la vie microbienne.

Le paillis freinera la prolifération des mauvaises herbes. Pratiqué à temps il limite fortement la venue des annuelles, et gêne partiellement la croissance des herbes vivaces. Au potager, il favorise une production propre et saine (on pense notamment aux fruits et légumes rampants, comme les fraises).

Les solutions pour pailler

A l'origine, les paillis végétaux étaient réalisés avec... de la paille ! Hachée finement, elle servait traditionnellement à protéger les cultures de fraises.
Aujourd'hui, vous avez le choix entre :

  • paillage en polypropylène (toile tissée)
  • Déchets des arbres : écorces de pins, copeaux de bois
  • Matériel végétal: écorces de cacao, fibres de coco

Le paillage permet de garder l’humidité et d’empêcher la pousse des mauvaises herbes.

Le désherbage thermique

Le désherbage est une nécessité dans toute conduite de culture pour limiter la concurrence des mauvaises herbes vis à vis des plantes cultivées.
Le désherbage thermique constitue une alternative à l’utilisation des produits phytosanitaires
Il consiste à chauffer au moyen de brûleurs la partie aérienne des plantes pour les détruire. De très hautes températures génèrent un choc thermique provoquant la coagulation des protéines. Ceci entraîne l’éclatement des parois cellulaires et la vaporisation de l’eau des cellules végétales. Des températures de 800°c à 1000°c sont nécessaires pour obtenir un bon désherbage.

Le service parcs et jardins utilise le désherbage thermique, à la roseraie par exemple, pour détruire les mauvaises herbes.

Plusieurs avantages :

Une technique immédiate et facile à mettre en œuvre
Absolument aucun résidu dans le sol, la plante cultivée ou les nappes phréatiques donc respectueuse de l’environnement.

La lutte biologique contre les insectes

Des actions très concrètes ont lieu sur tout le territoire de l’agglomération pour limiter l’utilisation des désherbants mais aussi des insecticides.
Sur tous les espaces verts de la ville, les plantes sont touchées par la ciccadelle (Metcalfa pruinosa) qui suce leur sève. Les services municipaux organisent contre elle une lutte biologique. Cela consiste à utiliser les ravageurs naturels contre d’autres insectes limitant ainsi l’utilisation des insecticides. Par exemple pour éradiquer la ciccadelle, on emploie des petites guêpes (Neodryinus typhlocybae). Pour lutter contre les pucerons, on fait des lâchers de coccinelles. La roseraie est le site pilote de ces démarches environnementales.

Flash info

Web TV

Publié le 18/07/2017

Montauban en Scènes 2017 : Festival Off

Montauban en Scènes 2017 : Festival Off
Toutes les vidéos

Journal Ma ville

Le dernier numéro de ma ville
est sorti!

Tous les numéros